Quelqu’un doit bien être responsable. Identifions le!

Cette résolution sera présentée lors de l’assemblée générale annuelle régulière du 15 juin 2017

Pourquoi l’assemblée devrait être saisie de la question

Au cours des derniers mois la gouvernance de l’Ordre des ingénieurs a été passablement chambardée, et elle le sera possiblement encore si le projet de loi 98 est adopté.

Ces changements vont entre autres dans le sens d’une plus grande implication du président dans la gestion de l’organisation.

Si l’on veut que le titulaire du poste assume davantage de responsabilités il faut alors qu’il dispose de toute l’autorité nécessaire pour réaliser le programme pour lequel il a été élu, incluant la supervision directe de la haute direction.

Résolution

ATTENDU QUE la présidente actuelle, Mme Kathy Baig, remplit aussi le poste de directrice générale par intérim depuis le départ de l’ancien directeur général, M. Chantal Michaud.

ATTENDU QUE l’organisation continue à fonctionner,

ATTENDU QUE des mésententes entre le président et les membres conseil d’administration d’un coté, et le directeur général et la haute direction de l’autre, ont eu lieu à plusieurs reprises par le passé,

ATTENDU QUE la dernière fois que cela s’est produit, il y a un an, l’Ordre a fait l’objet d’une attention médiatique non-souhaitée car fortement négative,

ATTENDU QUE le président est désormais élu directement par les membres,

ATTENDU QUE dans ces conditions il est souhaitable que le président puisse disposer de tous les outils nécessaires pour pouvoir réaliser le programme sur la base duquel il a été élu,

ATTENDU QUE, une fois la tutelle levée, le titulaire du poste de président sera ultimement responsable du bilan de l’organisation vis-à-vis du public et des membres.

ATTENDU QUE la présence d’un directeur général agissant comme ”filtre” entre le président et la haute direction pourrait nuire à la capacité du président à réaliser son programme,

ATTENDU QUE fusionner les postes de président et de directeur général permettrait des économies substantielles, limitant ainsi l’augmentation de cotisation,

ATTENDU QUE le moment est propice puisque le poste de directeur général est présentement vacant,

L’ASSEMBLÉE demande au conseil d’administration de fusionner le poste de président et le poste de directeur général, avec effet immédiat.