Les grandes firmes de consultants

Il peut sembler surprenant que j’ai classé ces firmes comme cinquièmes en influence alors que les plus grandes d’entre d’entre elles en mènent vraiment très large au Québec.Chez les initiés, on sait toujours quel président, vice-président ou autre haut gradé de ces firmes, est le « libéral de service » ou le «  péquiste de service ». Par ailleurs, ces firmes produisent aussi beaucoup de candidats et font énormément de dons aux élections fédérales, provinciales et municipales, tout en embauchant aussi d’anciens ministres et députés pour s’assurer « d’être toujours au pouvoir ». 

En fait, je suis convaincu que si ces firmes avaient agi de concert, elles auraient pu non seulement empêcher la création de la Commission Charbonneau, mais même éviter que tous les faits qui ont mené à sa création soient connus, ou du moins qu’ils reçoivent l’attention qu’ils ont reçus dans les médias « mainstream ».

Heureusement la logique qui a prévalu a été celle du « chacun pour soi », probablement parce que la plupart des dirigeants de ces firmes espéraient secrètement que seulement leurs concurrents soient éclaboussés. En tout cas, elles ne s’attendaient pas du tout à que cela aille si loin, d’autant plus qu‘il n’y a pas d’exemple historique d’une commission d’enquête provinciale fouillant de façon aussi profonde.

Pour l’instant, seules les grandes firmes d’ingénieurs, et plus particulièrement SNC-Lavalin et Dessau, ont été vraiment et durement affectées, bien que l’on commence à prendre conscience du fait que le milieu de l’informatique souffre de maux semblables à ceux de la construction.  En ce qui a trait aux firmes d’avocats et aux firmes comptables, elles n’ont pas été vraiment  inquiétées, notamment grâce au fait que la Commission a un mandat très restrictif en termes de domaine d’enquête. Par ailleurs, la commission n’a malheureusement pas pour mandat de déterminer si ces firmes versent un salaire à des employés qui travaillent dans la réalité comme organisateurs électoraux pour un parti politique. Je me doute que si le mandat serait élargi il en sortirait des belles…

Aujourd’hui même les firmes d’avocats et les firmes comptables commencent à prendre conscience du fait qu’elles ne sont plus aussi « intouchables » qu’auparavant, et il faudra s’attendre à ce qu’elles utiliseront leur grand pouvoir d’influence de façon beaucoup plus dirigée et concertée dans l’avenir. 

_____________________________________________________________________________________________

Aller aux firmes de genie-conseil

Revenir aux grands syndicats

Revenir au texte principal, les filous et les naïfs