Ils veulent tuer la poule aux oeufs d’or!

Au cours de cette fin de semaine de la St-Jean j’ai eu le temps d’analyser davantage certaines informations sur l’évolution du membership qui ont été présentées aux participants en assemblée générale. Ces informations n’ont pas été rendues publiques dans un document imprimé, et je me doute qu’avec la réponse que j’ai eu de la part de la secrétaire de l’OIQ , Maitre Caroline Simard, à une requête bien plus innocente, si quelqu’un devait se hasarder à les demander il essuierait un refus catégorique.

Heureusement à l’assemblée du 13 juin j’avais un cellulaire avec lequel je pouvais prendre des photos, ce qui fait qu’aujourd’hui je peux vous fournir en primeur non seulement l’information brute, mais aussi mon analyse. Voici:

  • L’OIQ aurait pu agir de façon bien plus intelligente et prévoyante. Par exemple, il aurait pu introduire l’obligation pour les ingénieurs de suivre 30 heures de formation continue seulement après s’être assuré qu’une offre pour des formations en ligne à prix abordable aurait été disponible pour les membres. Il aurait aussi pu éviter de hérisser une quantité importante de membres avec des règlements qui n’ont rien à voir avec la protection du public, comme ceux relatifs à l’assurance-médicaments et à l’assureur unique pour la responsabilité professionnelle. Si l’Ordre avait agi de façon judicieuse, le membership aurait grosso modo continué à croitre à un rythme d’environ 1862 membres par année (probablement même plus s’il n’avait pas imposé la cotisation spéciale pour sa campagne de publicité farfelue).
  • Mon analyse montre que l’impact de l’attitude suffisante vis-à-vis des ingénieurs est chiffrable à une perte de 5273 membres (3435+1862) en 2013-2014 et à une perte d’environ 14000 membres en 2016-2017, et ce, selon les projections excessivement optimistes de l’OIQ lui même. Il y a aussi lieu de remarquer que les membres qui quittent l’Ordre, sont, dans leur immense majorité des ingénieurs qui ne pratiquent pas le génie selon la loi, c’est-à-dire ceux qui coutent le moins cher en termes d’encadrement!
  • La perte financière pour l’Ordre en 2013-2014 engendrée par les décisions pour le moins peu opportunes de sa direction est d’environ 1.6 M$. Cependant, si la direction persiste dans son obstination, en 2016-2017 la perte annuelle sera d’environ 3.8 M$, qu’elle compte probablement combler avec une augmentation cumulative de cotisation de 100$ ou plus!
  • Ce que la direction ne comprend pas est qu’une augmentation de cotisation de l’ordre de $ 100, plus l’introduction d’autres règlements tatillons et inutiles du point de vue de la protection du public, génèrera une hémorragie de membership encore plus importante de celle que nous avons vue à date.
  • Si l’OIQ fait un sincère “mea culpa” et recommence à agir de façon respectueuse et responsable, il pourrait peut-être s’approcher du nombre de membres qu’il aurait eu s’il n’avait pas agi de la façon dont il l’a fait au cours des dernières années. Dans ce cas, ses revenus de cotisation seront sensiblement du même ordre que ceux qu’il a prévu avec une cotisation à 410 $, et qui, à mon humble avis, ne se matérialiseront pas dans la pratique.