Assurance medicaments

L’assurance médicaments imposée par l’OIQ est obligatoire pour tous ceux qui ne sont pas couverts par un régime d’employeur. Puisque, comme groupe, les ingénieurs sont significativement plus âgés que la population générale, les primes sont inévitablement plus élevés que celles de la RAMQ. Mais alors pourquoi donc l’OIQ insiste pour l’imposer?

En fait, l’histoire de cette assurance est la suivante : Le RéseauIQ offrait cette assurance jusqu’à il y a trois ans environ. La raison pour laquelle il a cessé de l’offrir est que même si elle était payante pour l’organisation, il n’y avait aucune valeur ajoutée pour les membres, et comme le RéseauIQ DOIT toujours mettre l’intérêt des ses membres avant toute autre considération (ce qui semble d’ailleurs avoir été oublié récemment), la décision a été prise d’arrêter de l’offrir.

C’était sans tenir compte du formidable appétit de revenus de l’OIQ. Aussitôt que le RéseauIQ a arrêté d’offrir cette assurance, l’OIQ l’a reprise, bien que cela ne cadre nullement dans sa mission, et ce, en prétextant que la RAMQ lui imposait. Or, la RAMQ ne peut imposer à une organisation d’offrir l’assurance-médicaments, à moins que cette organisation n’offre aussi certains autres types d’assurances, comme l’assurance-invalidité.

On peut estimer qu’il y a plus de 3000 ingénieurs dans cette situation. De façon, très approximative on peut estimer entre 500 $ et 1500 $ la surprime que ces ingénieurs payent, selon l’age et la situation familiale de la personne, pour une moyenne d’environ 1000 $.