Coût d’être ingénieur

Est-ce que vous vous êtes déjà posés le question à savoir combien cela vous coûte annuellement d’être inscrit à l’Ordre des ingénieurs? En d’autre mots, combien dépensez-vous pour payer votre cotisation ET satisfaire tous les frais et dépenses associés aux obligations imposées par l’OIQ pour vous permettre d’avoir le privilège de marquer «ing.» au bout de votre nom ?

Bien évidemment, le calcul varie d’un individu à un autre, mais en moyenne cela coute pour un ingénieur ayant étudié au Québec :

  • Environ 1 200 $ (426 $ + 14 $ + 750 $ + 10 $) en frais et avantages sociaux perdus, si vous travaillez pour une organisation qui vous paye la formation, l’assurance responsabilité professionnelle et l’assurance médicaments, et que vous détenez un diplôme d’une université québécoise ou française.
  • Environ 2 850 $ (426 $ + 14 $ + 2400 $ + 10$) en frais si vous vivez a proximité d’un grand centre (Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, etc.), et vous devez payer vos propres cours de formation, mais que vous n’êtes pas obligé de vous assurer pour la responsabilité professionnelle et que vous avez accès à une assurance médicament a prix raisonnable par votre employeur ou par votre conjoint.
  • Environ 3 450 $ (426 $ + 14 $ + 3000 $ + 10$) si vous vivez loin d’un grand centre et vous devez payer vos propres cours de formation, mais que vous n’êtes pas obligé de vous assurer pour la responsabilité professionnelle et que vous avez accès à une assurance médicament à prix raisonnable par votre employeur ou par votre conjoint.
  • Environ 5 050 $ (426 $ + 14 $ + 2400 $ + 10$ + 2200 $) en frais si vous vivez a proximité d’un grand centre (Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, etc.), et vous devez payer pour vos cours de formation et pour la la prime de l’assurance pour la responsabilité professionnelle, mais vous avez accès à une assurance médicament à prix raisonnable par votre employeur ou par votre conjoint.
  • Environ 5 650 $ (426 $ + 14 $ + 3000 $ + 10$ + 2200 $) si vous vivez loin d’un grand centre et vous devez payer vos propres cours de formation,et vous devez payer pour vos cours de formation et pour la la prime de l’assurance pour la responsabilité professionnelle, mais vous avez accès à une assurance médicament à prix raisonnable par votre employeur ou par votre conjoint.
  • Environ 5 550 $ (426 $ + 14 $ + 2400 $ + 10$ + 2200 $ + 1000 $) en frais si vous vivez a proximité d’un grand centre (Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, etc.), et vous devez payer pour vos cours de formation et pour les primes de l’assurance pour la responsabilité professionnelle et de l’assurance médicaments.
  • Environ 6 150 $ (426 $ + 14 $ + 3000 $ + 10$ + 2200 $ + 1000 $) en frais si vous vivez loin d’un grand centre et vous devez payer pour vos cours de formation et pour les primes de l’assurance pour la responsabilité professionnelle et de l’assurance médicaments.

Bien évidemment, ces chiffres ne représentent que des moyennes réalistes mais néanmoins approximatives. Pour certains individus spécifiques le facture peut être considérablement plus salé, et peut comporter un débours la première année excédant les 10 000 $, surtout pour ceux qui ont étudié à l’étranger.

CONCLUSION

Lorsque l’on fait la somme de tous ce frais, on s’aperçoit que la cotisation, bien que déjà excessivement élevée en considérant les économies d’échelle découlant du nombre (il y a plus de 60 000 ingénieurs au Québec), ne représente, dans bien de cas, qu’un toute petite partie du coût d’être ingénieur. Le pire est qu’au cours des dernières années, la valeur ajoutée d’être membre de l’OIQ a diminué considérablement en raison de l’incapacité de l’OIQ d’enrayer la collusion et la corruption.

Au fur et a mesure que le rapport qualité-prix dégringole, le point de cassure, surtout chez ceux qui n’ont nullement besoin de leur titre pour gagner leur vie, devient dangereusement proche.

Par ailleurs, il devient de plus en plus clair que ces frais et contraintes additionnels ne servent pas à redresser la situation, mais plutôt a augmenter la bureaucratie et à nourrir la folie des grandeurs de quelques élus.

Enfin, les Ordres professionnels à actes réservés, comme l’OIQ, fonctionnent sur une prémisse dont personne ne parle, mais dont tout le monde est conscient : D’un coté le professionnel accepte de se soumettre à un contrôle strict au niveau de sa compétence et de son intégrité, et de l’autre coté s’attend à jouir d’une « chasse gardée » (découlant des actes réservés définis dans la loi) qui lui permet d’atteindre un statut et des conditions de travail supérieurs à ceux du reste de la population.

Or, lamentablement, à l’Ordre des ingénieurs du Québec les deux éléments de l’équation ne sont plus du tout définis. Pour les rétablir, il n’ y a pas d’autre alternative que de donner un sérieux coup de barre, car tant que cette situation perdurera, la crise de crédibilité autant chez le public que chez les ingénieurs persistera.

Pour ceux à qui cela intéresse, les hypothèses de calcul sont explicitées pour chacun des paramètres :

a) La cotisation annuelle

b) Le cours obligatoire sur le professionnalisme

c) La formation continue obligatoire

d) L’assurance responsabilité professionnelle

e) L’assurance médicaments

f) Autres frais