Roger DUFRESNE

Roger Dufresne n’a jamais été administrateur de l’OIQ, mais il a été candidat en 2012 et 2013, et a donc un intérêt certain, ainsi qu’une bonne connaissance des dossiers. Il a aussi été candidat au ReseauIQ en 2013 où il a été le premier des non-élus. J’ai longtemps hésité à savoir si j’allais le mettre dans la rose des candidats recommandés ou pas. Ce qui lui a nui est le fait que jusqu’à date il a eu tendance à faire chevalier seul, ce qui a probablement fait qu’il n’a pas signé la demande pour tenir l’AGE.

Au cours des derniers mois, par contre, il semble avoir compris que cela prend un effort concerté pour effectuer les changements nécessaires à l’OIQ, et je vais probablement le recommander lors d’une prochaine occasion. Dans tous les cas, la différence entre sa note et celle d’Alexandre Marcoux et Mathieu Cléroux (70/100 vs. 72/100) est tellement minime que je comprendrais tout à fait que d’autres arrivent à une évaluation différente.

ÉVALUATION
.
  • Appui aux résolutions de l’AGE (25%). Dans ses réponses Roger Dufresne confirme qu’il appuie sans réserve les sept (7) résolutions. Par contre, il n’a pas été signataire de la demande. NOTE: 20/25
  • Pertinence et originalité de ses propositions (25%). Roger Dufresne soumet plusieurs idées originales que personne d’autre ne soulève: faire la paix avec le ReseauIQ et stopper les poursuites inutiles. Un thème auquel il croit beaucoup et qu’il partage avec d’autres candidats est celui des l’utilisation de l’internet pour améliorer la démocratie. Par contre, ses propositions sur comment assainir les finances de l’organisation sont moins bien définies. NOTE 15/25
  • Son historique (25%). Roger Dufresne a certainement un intérêt pour les questions de l’OIQ. À date il n’a posé aucun geste qui pourrait faire douter de son dévouement, mais par contre, jusqu’à maintenant, il a eu plutôt tendance à agir seul dans ses démarches.NOTE: 10/25

NOTE FINALE: 70/100