Mise à jour du 27 février 2014

Avec la période de fin de mise en candidature le lundi 24 février 2014 à 16 heures, les élections pour choisir les six (6) nouveaux administrateurs qui nous représenteront au conseil d’administration de l’OIQ sont bien en marche. Les régions administratives où se tiennent des élections cette année sont:

  • Montréal (3 postes à pourvoir)
  • Québec (1 postes à pourvoir)
  • Centre du Québec (1 postes à pourvoir)
  • Saguenay (1 postes à pourvoir)

Maintenant, étant donné la situation absolument catastrophique dans laquelle se trouve l’organisation présentement, il est absolument essentiel d’éviter de voter en fonction de critères subjectifs et développer des outils objectifs pour juger de la qualité des candidatures, en fonction notamment de leur potentiel pour ramener l’OIQ sur le droit chemin.

L’outil que j’ai développé, et que je me sens tout à fait à l’aise de rendre public puisque je ne suis pas candidat moi même cette année, est un tableau que j’afficherai sur ce site aussitôt que j’aurai toute l’information pertinente. Ce tableau résumera les caractéristiques de chaque candidat en fonction des critères suivants:

  • Appui aux résolutions de l’AGE (25%). Il est évident que mettre en application les résolutions de l’AGE constitue un bon point de départ pour pouvoir remettre l’OIQ sur le droit chemin et s’assurer qu’il fasse le travail pour lequel il a été mandaté par le législateur. Une attitude négative ou ambigüe d’un candidat vis-à-vis de ces propositions me parait donc de très très mauvais augure au cas où il devait être élu, car on pourrait s’attendre qu’il ne s’objecterait pas à la poursuite des politiques actuelles, incluant les rêves de grandeur, les interventions publiques impromptues, l’imposition de règlements loufoques et de frais et cotisations supplémentaires injustifiées, ainsi qu’une inefficacité epoustouflante à sortir de nos rangs les individus corrompus.
  • Pertinence et originalité de leurs propositions (25%). Des idées nouvelles, mais réalistes, sont bienvenues. Un conseil d’administration ne doit pas être l’équivalent d’un chœur de chants grégoriens comme cela a été le cas au cours des dernières années, mais doit plutôt être un lieu de débat où les idées se confrontent et les meilleures sont retenues. En d’autres mots, les administrateurs ne sont pas là pour donner de la légitimité à des décisions prises ailleurs, mais bien pour nous représenter. Comme, nous, les ingenieurs, sommes un groupe particulièrement hétérogène, autant en termes de fonctions (employés, consultants, entrepreneurs), de taches (technique, gestion, vente, etc.), de domaines de pratique (civil, mécanique, électrique, énergétique, électronique, chimique, aérospatial, et j’en passe), les débats devraient normalement être riches et productifs, mais pour l’instant malheureusement il n’en est rien. Et pourtant cette diversité est bien plus une force qu’une faiblesse, car du choc des différences jaillissent les meilleures idées, pour autant que l’environnement s’y prête, et c’est à cela qu’il faut s’attaquer.
  •  Leur historique (25%). Le changement pour le changement est un exercice stérile: Remplacer des administrateurs approuvant par conformisme, par paresse ou par calcul, des décisions insensées, voire nuisibles, du point de vue du public et du point de vue des ingénieurs, avec d’autres qui agissent de façon similaire ne ferait qu’augmenter la frustration ambiante et aboutir à encore davantage de départs. Ce que ça prend ce sont des administrateurs intègres, décidés et dont les motivations sont au dessus de tout soupçon. Certains candidats n’ont pas d’historique avec les organisations regroupant des ingénieurs et donc ils pourront jouir du bénéfice du doute, mais pour d’autres des références publiques sont disponibles, et des bonnes comme des mauvaises…
  • Disponibilité à faire connaitre leur programme (25%) Assitôt que je connaitrai le nom de tous les candidats, je leur ferai parvenir un courriel en leur demandant de me transmettre leur  texte de présentation afin que je puisse leur demander de préciser leurs engagements et connaitre leur position sur des points qu’ils n’abordent pas dans leur texte de présentation. Je mettrai ensuite leur réponses en ligne sur ce site. Bien évidemment, les candidats qui ne répondront pas aux questions seront notés en conséquence.