Résolution # 7 : Destitution de l’exécutif

ATTENDU QUE la direction générale actuelle a attaqué publiquement l’image globale des ingénieurs en affirmant sur les médias que les membres mécontents de l’OIQ ne voulaient pas faire de formation et qu’ils seraient mieux de partir, et ce, résultant en une honte publique pour bien des ingénieurs;

ATTENDU QUE l’exécutif a permis des dépenses accessoires (par exemple, en publicité) au lieu de concentrer ses moyens sur son devoir fondamental de protection du public, nécessitant ainsi des cotisations additionnelles;

ATTENDU QUE l’OIQ a mis en cause l’Office des Professions pour la cotisation supplémentaire et n’a diffusé qu’un extrait incomplet de la loi en vigueur dans son courriel pour justifier sa cotisation spéciale à ses membres. En fait, la raison fondamentale de cette cotisation supplémentaire semble bien plus être liée à une gestion inadéquate des dépenses. De plus, le libellé complet de la loi ne semble pas véritablement justifier cette cotisation supplémentaire pour les dépenses invoquées;

ATTENDU QU’en l’absence d’une réorientation significative afin de réconcilier le devoir de protection du public avec le futur des ingénieurs, l’exode des membres se continuera et résultera encore en une perte des revenus, le tout à l’encontre du devoir de protection du public;

ATTENDU QU‘un programme de redressement doit être mis en place immédiatement afin de permettre à l’OIQ de regagner une partie de sa pertinence et de sa crédibilité non seulement auprès des ingénieurs, mais surtout auprès du public.

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE demande au conseil d’administration :

  1. De destituer immédiatement les membres du comité exécutif et le directeur général;
  2. De nommer des exécutifs intérimaires qui ont la volonté et la capacité de remettre de l’ordre à l’OIQ, c’est-à-dire de recentrer les activités de l’OIQ sur la mission établie par le législateur, soit la protection du public, en minimisant toute activité qui ne s’y rapporte pas; et ce, à l’intérieur des paramètres financiers actuels (à l’exclusion de la cotisation supplémentaire), conformément à la volonté exprimée par les membres lors de l’assemblée générale de juin 2013 ;
  3. De demander aux exécutifs intérimaires de mettre en œuvre dans les plus brefs délais, et avant l’assemblée générale de juin 2014, toutes les résolutions proposées et approuvées par les membres en assemblée générale au cours des trois dernières années, incluant la présente assemblée.
  4. D’entamer des recherches pour un nouveau directeur général et d’abroger tout règlement modifié ou mis en place pour offrir plus de protection au poste de Directeur Général.
  5. De publier le nouvel organigramme de la direction de l’OIQ et de garder celui-ci à jour en ligne en tout temps et incluant toute modification future.

_____________________________________________________________________________________

QUESTIONS RELATIVES À CETTE RÉSOLUTION
  • Pourquoi, par ses commentaires publics, le président de l’OIQ a-t-il brisé la réciprocité du lien de confiance qui doit l’unir à ses membres, perdant ainsi tout leadership ?
  • Corolairement à ce constat, comment se fait-il qu’il y ait tant d’ingénieurs qui soient en
    grogne contre l’OIQ, et pour tant de raisons différentes ?
  • Pourquoi les membres de l’exécutif ne proposent-ils pas une stratégie de réduction des dépenses?
  • Comment se fait-il que l’annonce publique de l’augmentation de la cotisation ait été effectuée en même temps que le conseil d’administration siégeait sur la décision à prendre?
  • A-t-on ainsi été les témoins d’un manque de démocratie au sein même du conseil
    d’administration et de l’exécutif ?
  • Tout comme dans la vérification diligente d’une entreprise, pourquoi les membres de l’exécutif ne divulguent-t-il pas publiquement une déclaration de leurs intérêts, de leurs antécédents professionnels ou de tout autre élément pertinent, incluant le détail de tout litige passé ou en cours, afin d’empêcher toute conséquence qui pourrait entacher irrémédiablement la réputation de l’OIQ.